2 oct. 2013

La technosociété (3) : opération technique et phénomène technique

.
"La technique n'est que moyen et ensemble de moyens.
Mais cela ne diminue pas le problème car notre civilisation est d'abord une civilisation de moyens et il semble que dans la réalité de la vie moderne les moyens soient plus importants que les fins. Une autre conception n'est qu'idéaliste"

Jacques ELLUL dit :

   - Qu'on confond souvent technologie et phénomène technique ;
   - Que la technique est devenue le régisseur de la société en promouvant l'efficacité dans tous les domaines ;
   - Que nous sommes désormais dans un impératif technologique qui ne nous permet plus de revenir en arrière.
En rapportant systématiquement la technique aux questions de productivité, on en vient à confondre le progrès technique avec le progrès de lié à la technique, et par conséquent on confond l'opération technique et le phénomène technique sous-jacent.

Opération technique et phénomène technique

L'opération technique est une méthode servant à atteindre un résultat : elle vise à la meilleure utilisation des ressources dans un but d'efficacité. La science intervient ici pour affiner les méthodes et les outils nécessaires à la technique mais ne dénature pas l'aspect technique du travail.
Le phénomène technique est l'intervention de la technique au niveau de la conscience et l'intégration d'opérations techniques dans toutes activités humaines. La conscience technique érigée comme une nouvelle norme sociétale.
Notons que c'est la prise de conscience du phénomène technique qui donne toute sa puissance à la technique, c'est elle qui a produit cette extension rapide et inexorable de la technique. Le one best way, la recherche du meilleur moyen dans tous les domaines, prédomine. Ainsi la technique est devenue la principale occupation des hommes et ce dans tous les domaines : se raser, produire, faire des enfants, débarquer en Normandie, exterminer des populations... Il n'y a plus d'activité humaine qui n'échappe à cet impératif technique.
  • J. ELLUL liste ici les deux grands secteurs d'application de cette recherche de moyens : les techniques mécaniques (qu'il n'aborde pas dans cet ouvrage) et les techniques intellectuelles (qui régissent l'économie, l'organisation et l'homme). Nous les détaillerons par la suite.

La raison technique conduit l'homme à réaliser des objets en fonction de données concrètes, empiriques, mais aussi en fonction de données abstraites. Spontanément l'homme se borne à imiter la Nature et c'est grâce à la technique qu'il arrive à passer au-delà (par ex. avant Clément ADER, tous les avions cherchaient à imiter les oiseaux).
A partir de cette prise conscience, on voit apparaître progressivement une science des moyens, une science de la technique. La science ne sert plus à expliquer la Nature mais à la comprendre afin de l'utiliser. En un sens, la science apporte à la technique une sorte de raffinement. Mais il ne faut pas s'y tromper, la science n'est plus la fonction des philosophes, elle est devenue celle des techniciens.
Ainsi la conscience technique s'est imposée comme indispensable au développement des sociétés humaines. Cette nouvelle conscience va permettre à l'homme de retenir en toute circonstance le moyen le plus adapté, le plus efficace, le plus rentable. Pratiquement, il n'est plus rien qui ne soit pas technique.

Après avoir décrit la situation telle qu'il la voyait, J. ELLUL concentre son propos sur la technique en tant que phénomène et sa relation avec la société humaine. A suivre, un petit tour historique sur les prémisses de la technosociété.

GF
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis compte, au plaisir d'échanger sur le sujet !