17 juil. 2012

Les J.O. à l'heure du dopage technique

.
En apprenant la qualification d'Oscar Pistorius pour le 400m au Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres, me virent quelques questions.
 
Oscar Pistorius est un athlète sud-africain capable de courir 400m en 45 sec. L'originalité ici est que cet athlète est équipé de prothèses de jambe en carbone, les désormais célèbres "Flex-footh Cheetah". Ce chrono lui a permis l'an dernier de se qualifier pour les mondiaux d'athlétisme en Corée du sud. Cette année, re-belote, il est autorisé et réussit à se qualifier pour les JO et courir avec les athlètes valides (beurk, j'aime pas ce mot, en avez-vous un autre ?). Une belle promotion pour ce coureur qui peut grâce à ses performances porter haut les valeurs du sport ? Tout le monde ne le voit pas ainsi.

Qu'importent les développements sur l'avantage conféré par ces prothèses, il m'intéresse ici de mettre en lumière le problème que pose la prépondérance de la technique dans le sport. En effet, derrière la polémique publique (qui a pour vertu de nous mettre tous mal à l'aise face à la grande question du handicap), on retrouve le thème très intéressant du dopage technique : jusqu'où peut-on aller techniquement sans tricher, existe-t-il une limite à partir de laquelle la technologie devient plus importante que le pratiquant. Réflexion éthique de la place des sciences dans le sport.
Cette question est d'autant plus emblématique que l'institution "Sport" (et notamment l'athlétisme) est considéré comme le panégyrique ultime de l'effort humain : l'homme nu face à ses propres capacités physiques et mentales. Cette vision est purement idéologique, d'ailleurs je ne la partage qu'en partie.
science et sport


Mais souvenons-nous de VDH qui battait tous les records en piscine grâce à sa super combinaison en poils de requin, souvenons-nous surtout de la polémique opposant les 'conservateurs' (caricaturés en brutes épaisses) faisant l'apologie de la sueur aux 'progressistes' partisans de la reconsidération de l'éthique sportive. De même, lorsque Miguel Indurain était le roi du Tour de France, notamment grâce à ses performances en contre-la-montre, le débat était lancé sur l'interdiction des vélos carbone profilés.
  • NB: attention à l'amalgame facile, durant le Tour 2011 on a accusé Fabian Cancellara de "dopage mécanique" alors que son vélo présentait un mini-moteur embarqué. C'est ici non pas du dopage mais un réel cas de tricherie !

Bon, revenons à Pistorius. On peut sentir facilement que le problème qu'il soulève n'est pas que technique. Dans cette histoire, il y a en filigrane la revendication sociale de hisser l'individu handicapé au niveau (sinon au dessus) des non-handicapés. Une compétition dans la compétition, qui touche cette fois un autre domaine de l'éthique sportive : la portée politique et sociétale de l'effort humain.
Et on n'a pas encore parlé des élans transhumanistes ! Et oui, enfin grâce à la science le handicap devient un avantage. Le grand mythe de l'homme bionique, le ''six million dollar man''...

Personnellement, ce qui m'amuse ici est l'argument scientifique comme prétexte : on vante les mérites des sciences et techniques d'un coté pour favoriser l'action socio-militante de l'autre. La science joue donc encore une fois le rôle de caution, avec le plaisir cette fois de la voir utiliser de façon positive.
Je suis de ceux qui pensent que la société occidentale dans son ensemble est soutenue par des considérations techniques ; de voir cette technique faire irruption de temps à autres dans les questions sociétales me fait l'effet des quelques volcans qui suggèrent l'activité magmatique intense qui soutient notre existence. Fin de comparaison.

Alors doit-on s'attendre à classer un jour l'athlétisme dans les ''sports mécaniques'' ? on en reparlera.
Finalement, l'homme augmenté par la technologie, est-ce un bien ou un mal ? cette question demeure philosophique et éthique... Et trouvera un jour une censure réglementaire, comme souvent. Dans tous les cas, concernant ceux qui militent contre l'intrusion trop prégnante des sciences dans le sport, ceux-là peuvent toujours courir !  :o)

GF
.

2 commentaires:

  1. Bonjour, je fais des recherches sur Oscar Pistorius et votre blog ne m'aa rien apporter. Vous parlez toujours des autres coureurs ect mais rien sur la raison de la polémique de
    "dopage" concernant Oscar Pistorius .

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Navré de vous avoir déçu, mais effectivement ce billet n'a pas pour but d'analyser les polémiques entourant Oscar PISTORIUS.

    Le cas PISTORIUS est pris ici comme archétype. Beaucoup de discussions un peu fades en surface nous renvoient finalement à notre propre vision du monde et notre rapport aux sciences :
    "l'argument scientifique comme prétexte (...) La science joue encore une fois le rôle de caution (...) l'homme augmenté par la technologie"

    L'intention de ce blog est simplement d'ouvrir des pistes de réflexion pour qui désire communiquer autour des sciences et techniques.
    Ici, La polémique du dopage technique mélange les thèmes de trans-humanisme, de modernisme, de positivisme et de post-modernisme. Peut-être d'autres.

    Enfin en relisant ce billet, je trouve moi aussi qu'il manque un peu de clarté. A revoir. :o)

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Votre avis compte, au plaisir d'échanger sur le sujet !